Pokémon Epée/Bouclier – Attrapez les (presque) tous !

Pokémon Epée/Bouclier – Attrapez les (presque) tous !

21 janvier 2020 0 Par Twister061

S’il y a bien un jeu qui a fait parler de lui durant la fin d’année 2019, c’est Pokémon Epée/Bouclier. Entre ses graphismes, jugés peu convaincants par beaucoup, et l’absence d’un grand nombre de Pokémon pour des raisons plus ou moins cohérentes, il y avait de quoi rebuter pas mal de monde. Mais, étant un grand fan de Pokémon, je ne pouvais pas passer à côté de ce nouvel opus sur Nintendo Switch. Est-ce que j’ai bien fait de jouer à Pokémon Epée/Bouclier (Bouclier, dans mon cas) ? Ou aurais-je dû rejoindre le boycott de certains pour montrer mon mécontentement ? Voyons ça.

L’aventure à l’anglaise

Pokémon Epée/Bouclier vous propose d’explorer une région inédite : Galar. Inspirée par l’Angleterre, cette nouvelle région contient de nouveaux Pokémon, de nouvelles formes de Pokémon déjà existants, et des Pokémon déjà connus des joueurs les plus assidus. Ces nouvelles créatures/versions sont plutôt sympathique même si j’ai ressenti un certains manque d’inspiration pour certaines. Il faut dire qu’après avoir imaginé près de 900 Pokémon, innover doit être assez difficile !

Commençons par le début. J’ai adoré parcourir la région de Galar. Les décors, très mignons, sont un plaisir pour les yeux malgré des graphismes parfois inégaux. Le départ de l’aventure en met plein les yeux. Les effets, les Pokémon rencontrés, les zones à explorer sont franchement cools. J’ai eu hâte de voir la suite. Les décors sont variés. Il y a, pêle-mêle, de la forêt, des grottes, des zones marines, de la montagne enneigée… Il y en a pour tous les goûts. Chaque zone comporte d’ailleurs des Pokémon particulier, vivant dans des climats spécifiques. Il faudra donc explorer chaque zone de fond en comble si vous espérez capturer un maximum de Pokémon.

Inspirée de l’Angleterre, Galar est une région charmante.

Galar, ton univers impitoyable (ou pas)

Et puis, il y a les Terres Sauvages. Première zone dans l’histoire de la série à proposer une caméra libre, les Terres Sauvages occupent tout la partie centrale de Galar. Différentes zones, avec différentes météo et différents Pokémon sont proposés. C’est également dans les Terres Sauvages que se trouvent les Raid Dynamax dont je parlerai plus tard. Les Terres Sauvages sont, pour moi, les zones les moins jolies visuellement de tout Pokémon Epée/Bouclier.

Beaucoup d’endroits des Terres Sauvages se ressemblent, il y a peu de variété dans les décors. Pourtant c’est l’endroit où je passe le plus de temps dans tout Galar. Il y a 2 raisons à ça. Tout d’abord, c’est dans les Terres Sauvages que l’on peut trouver une grande variété de Pokémon. Selon la météo, les Pokémon disponibles dans chaque zone des Terres Sauvages seront différent. Pratique pour partir à la recherche de Pokémon spécifique sans avoir à parcourir des kilomètres.

Galar est donc une région fort sympathique, avec pas mal de potentiel. Certains décors sont beaux. Cependant, les Terres Sauvages présentent un côté un peu fade qui est regrettable.

Le Dynamax, ou comment voir (très) grand

D’autre part, il y a les Raid Dynamax. Grande nouveauté de Pokémon Epée/Bouclier, le Dynamax est le successeur des Méga-Evolution et autres Capacités Z. En gros, le Dynamax augmente fortement la taille et la puissance de votre Pokémon, tout en le dotant de capacités exclusives à ce mode. Certains Pokémons disposent d’ailleurs d’une forme particulière de Dynamax : le Gigamax. Tout comme le Dynamax, le Gigamax permet de changer la taille et les capacités de votre Pokémon, mais aussi son apparence. De plus, les Pokémon Gigamax dispose de capacités uniques.

Je trouve que c’est une véritable bonne idée. J’aime beaucoup le Dynamax et le Gigamax. Et voici ma partie préférée : il est possible de capturer des Pokémon Dynamax et Gigamax. Comment faire ? Les Raid Dynamax voient s’affronter un Pokémon Dynamax/Gigamax d’un côté et 4 dresseurs de l’autre. Ces Raids Dynamax peuvent être effectués en solo (des dresseurs gérés par la console viennent vous prêter main forte) ou à plusieurs via le multijoueurs sans fil local ou internet.

Un jour je serai le meilleur dresseur

Devenir le meilleur dresseur de Galar vous prendra du temps. Mais vous n’aurez aucune difficulté à le devenir.

Dans Pokémon Epée/Bouclier, votre but est assez semblable aux autres jeux de la série. Vous aurez pour mission de devenir le meilleur dresseur possible et de détrôner le Maître de la région de Galar. Traditionnellement, dans les autres jeux Pokémon, cela se traduit par un voyage de ville en ville, des combats en arène pour obtenir des badges, et une Ligue Pokémon pour conclure le tout. Dans Galar, il est aussi question de collecter des badges et d’affronter des Champions d’Arènes. Mais le tout est un peu différent. Chaque Arène propose une énigme (assez simple, il faut l’avouer) avant d’avoir le droit d’affronter le Champion. Cela ressemble un peu à ce qu’on peut trouver dans d’autres jeux de la série.

En revanche, une fois tous les badges en votre possession, ne vous attendez pas à affronter une Ligue Pokémon. Ici, pas de Conseil des 4, mais plutôt un tournoi. Dans ce tournoi, tous les Champions d’Arène de Galar participent, ainsi que vous et votre rival. Un petit rafraîchissement qui fait du bien à une série qui propose le même schéma depuis plus de 20 ans. Mais il est trop peu prononcé pour parler de réelle nouveauté. Ici, il est plus question de proposer la même chose qu’auparavant, avec un enrobage un poil différent.

Attrapez les (presque) tous !

Venons en au sujet qui fâche : le Pokédex. Avant la sortie de Pokémon Epée/Bouclier, le Pokédex de Galar a énormément fait parler de lui, et pas qu’en bien ! En effet, il a été révélé, avant la sortie du jeu, que l’intégralité des Pokémon existants ne pourraient pas faire partie de votre aventure dans Galar ! Une nouvelle qui a fait grincer les dents de bien des joueurs. D’autant que les arguments avancés ont été assez mal reçu. Sans entrer dans les détails, il y a eu pas mal de couacs de communication du côté de Game Freak/Nintendo. Pour ma part, toutes ces histoires me sont un peu passées au dessus, jusqu’à récemment.

Pokémon Epée/Bouclier est garni de 400 Pokémon à attraper. Parmi eux, il y a de nouvelles créatures, d’autres que l’on connait déjà, ainsi que des formes inédites de créatures existantes. Ce sont les Forme de Galar. Si l’on compare ça aux près de 900 Pokémon existants, force est de constater que plus de la moitié du Pokédex National (toutes régions confondues) est absente. C’est dommage, mais cela n’empêche pas de passer un bon moment à chasser tous les Pokémon de Galar. Personnellement, j’en suis à plus de 70 heures de jeu à l’heure où j’écris ces lignes. Il me manque un peu moins de 50 Pokémon pour compléter mon Pokédex. Et je suis content du temps que je passe sur Pokémon Epée/Bouclier.

Un Expansion Pass (Passe d’Extension en français, ndlr) vient d’être annoncé ! En effet, courant janvier, Nintendo et Game Freak ont annoncé que 2 extensions verraient le jour pour Pokémon Epée/Bouclier. Prévues respectivement pour l’été et l’automne 2020, ces extensions vont permettre la capture de nouveaux Pokémon (anciens, inédits, Formes de Galar) et d’explorer de nouvelles zones. Avoir du contenu payant est une première dans la série et a pour vocation de remplacer les versions complémentaires des jeux (Pokémon Jaune et Cristal, pour ne citer qu’eux). Dans la théorie, l’idée ne me rebute pas. Mais j’attends de voir ce qui sera fait dans la pratique avant de juger.

Pokémon Epée/Bouclier, un défi de taille ?

Autant ne pas tourner autour du pot : le jeu est facile. Jamais, à aucun moment, je ne me suis senti en difficulté en jouant. Du tout début à la toute fin du jeu, j’ai enchaîné les combats sans trop de craintes. Le rival, Nabil, est un exemple parfait du manque de difficulté global du jeu. Son choix de Pokémon de départ se fait selon le votre. En effet, il choisira toujours le Pokémon du type qui vous avantage ! Aucune logique, c’est comme ça depuis quelques jeux Pokémon. Ces jeux ne me proposent plus un défi suffisant. Alors je les parcours comme des balades sympathiques. J’ai encore espoir qu’un jeu Pokémon me défie comme il se doit. Malheureusement, ce ne sera pas Pokémon Epée/Bouclier.

Le voyage à Galar est-il bon ?

J’ai longtemps hésité à répondre à cette question. Pour moi, Pokémon Epée/Bouclier est un premier essai prometteur, mais pas parfait. En fait, le manque de challenge global du jeu et le peu de nouveautés gâchent un peu un plaisir de la découverte bien amené. Les nouveaux Pokémon sont tout mignon, les Raid Dynamax sont bien fichus, la bande son est sympathique.

Pokémon Epée/Bouclier est une valeur sûre. Les habitués de la licence voyageront en terrain connu. Les nouveaux venus seront suffisamment guidés pour ne pas se perdre, bien que j’ai du mal à voir comment ça pourrait être le cas. Pokémon Epée/Bouclier est un bon jeu, qui fait le job. Ni plus, ni moins. Est-ce que le voyage à Galar est bon ? Pour moi, il l’a été. Mais n’en attendez pas une épopée incroyable. Tout au plus, le jeu vous laissera de joli souvenir qui persisteront pendant quelques semaines. C’est déjà ça.

Voilà, c’était mon retour sur la nouvelle génération des jeux Pokémon. N’hésitez pas à partager l’article s’il vous a plu et à me rejoindre sur Facebook, Twitter et YouTube !

Les photos de cet article proviennent du site officiel Nintendo.