Ori and the Blind Forest – Une balade enchantée

Ori and the Blind Forest – Une balade enchantée

18 février 2020 1 Par Twister061

Vous est-il déjà arrivé de commencer à jouer à un jeu, sans en attendre grand chose, et d’être totalement absorbé par son univers et ses personnages ? J’ai vécu ça récemment, avec un titre tout particulier. De ce que j’en ai vu à l’époque de sa sortie, il s’agit d’un joli jeu de plateformes, avec un certain challenge. Dans les faits, c’est vrai. Mais Ori and the Blind Forest est bien plus que ça…

Ori and the Blind Forest, un beau conte

Ori and the Blind Forest est un jeu de plateformes disponible sur PC, Xbox One et Nintendo Switch. Avant d’entrer dans les détails du gameplay et de l’histoire, laissez moi vous parler de ses graphismes. J’ai souvent dit que les graphismes ne font pas tout dans un jeu. Je le pense sincèrement. Ori and the Blind Forest est un jeu sublime. L’univers, l’ambiance, les personnages, les ennemis, tout est incroyable visuellement. J’ai l’impression, en y jouant, de vivre un conte. Au delà de ses autres aspect, ce jeu est une poésie visuelle.

Ori and the Blind Forest est un très beau jeu.
Ori and the Blind Forest est un très beau jeu.

Mais c’est également un régal sonore. Les musiques de ce jeu sont exceptionnelles. Les bruitages sont également de très bonne facture. L’ambiance générale du titre, déjà somptueuse de par ses graphismes, devient exceptionnelle lorsque les musiques arrivent. Les cinématiques sont également bien fichues.

S’il avait été moins beau visuellement, j’aurai quand même adoré Ori and the Blind Forest. Son histoire, que je perçois comme un joli conte, est touchante. La mise en scène, les personnages, les situations m’ont totalement accroché. Le tout est très mignon, baigné d’une certaine mélancolie. Si vous êtes sensible à ce genre de récit, attendez vous à passer un excellent moment sur ce titre. Enfin, si vous avez ce qu’il faut pour arriver au bout.

Une forêt impitoyable mais bien pensée

Dans Ori and the Blind Forest, vous contrôlez Ori. Ori est un enfant de lumière, et le seul être à même de sauver la forêt de Nibel. Je ne donnerai pas plus de détails sur l’histoire, elle vaut beaucoup trop le coup d’être vécue pour être spoilée ici. Sachez juste que ce récit, ce conte, est émouvant. L’histoire d’Ori, ainsi que celle des autres personnages que vous rencontrez tout au long du jeu, est prenante. La forêt de Nibel, bien que hostile, est un endroit enivrant. Tout est attachant dans Ori and the Blind Forest.

Mais parcourir la forêt de Nibel ne sera pas une tâche facile, loin de là ! Ori and the Blind Forest est un jeu qui va vous mettre en difficulté. Certes, pas au même niveau qu’un Dark Souls ou un Sekiro. Mais attendez-vous à une assez grosse dose de challenge. En effet, Ori and the Blind Forest est un jeu de plateformes parfois compliqué. Les ennemis rencontrés vous donneront du fil à retordre, tandis que les niveaux, certes somptueux et extrêmement bien pensés, renferment de nombreux pièges.

Des pouvoirs et des bonnes idées

Durant son périple, Ori va trouver des arbres (ses ancêtres), qui lui donneront des capacités spéciales. Sprinter, grimper, frapper… Il y a un peu de tout. Et ces capacités vont être d’une grande aide, y compris dans les zones déjà explorées ! Car, comme dans un Metroid, vous avez la possibilité de revenir dans une zone déjà explorée. Le but étant de pousser l’exploration encore plus loin grâce à vos capacités fraîchement acquises. Explorer est très important, car c’est en parcourant chaque recoin de la forêt de Nibel que vous trouverez des cellules. Ces cellules vont accroître la jauge de vie ou d’énergie d’Ori, voir même lui donner des points de compétences. Car oui, en plus de ses capacités spéciales, Ori peut gagner des compétences tout au long du jeu.

J’ai passé un excellent moment sur ce jeu.

Lorsque vous tuez un ennemi, vous gagnez de la lumière spirituelle. Voyez ça comme des points d’expérience. Lorsque vous avez assez de lumière spirituelle ou que vous trouvez une cellule de compétences, vous gagnez 1 point de compétences. Ces points peuvent être dépensés dans l’un des 3 arbres de compétences d’Ori. Selon ce que vous choisissez, Ori verra son attaque améliorée, son exploration facilitée ou son énergie optimisée. Contrairement aux capacités spéciales (que vous débloquez au cours de l’histoire), vous avez ici le choix de dépenser vos points où vous le souhaitez.

Quand sauvegarder est important

L’autre point brillant d’Ori and the Blind Forest vient de sa gestion des sauvegardes. Dans le jeu, il y a quelques sortes d’autels, appelés Puits aux Esprits, qui vous permettent de sauvegarder votre partie. Mais ces Puits aux Esprits sont trop peu nombreux. L’une des capacités d’Ori est de créer des Liens d’Âme. Ces Liens d’Âme ont 2 fonctions : vous pouvez y dépenser vos points de compétences ; votre partie est sauvegardée à chaque création de Lien d’Âme. Cependant, créer un Lien d’Âme vous coûte de l’énergie. Il faut trouver la bonne balance entre l’économie d’énergie et le risque de perdre notre progression.

Vous l’aurez compris, Ori and the Blind Forest est mon premier coup de cœur de 2020. J’ai absolument tout aimé dans le jeu. Si vous avez l’occasion de l’essayer et que le challenge ne vous effraie pas, foncez ! C’est un petit bijou qui mérite vraiment votre attention. Sur ce, n’hésitez pas à partager l’article s’il vous a plu et à me rejoindre sur Facebook, Twitter et YouTube ! Et à très bientôt !

Les images de cet article proviennent du site officiel du jeu.