inFamous First Light – Que la lumière soit

inFamous First Light – Que la lumière soit

14 octobre 2014 0 Par Twister061

Après avoir terminé (et apprécié) inFamous Second Son, c’est avec pas mal d’entrein que je me suis attaqué à inFamous First Light. Ce DLC standalone (qui ne nécessite pas le jeu de base pour fonctionner, ndlr) m’intéressait car il me proposait de prolonger mon aventure dans Seattle sous un nouvel angle. En effet, dans inFamous First Light, vous ne contrôlez plus Delsin Rowe mais une de ses connaissances : Abigail ‘Fetch’ Walker.

inFamous First Light, standalone lumineux

Chronologiquement, l’histoire d’inFamous First Light se déroule avant les événements d’inFamous Second Son. Abigail ‘Fetch’ Walker est détenue dans la prison de Curdun Cay et raconte son histoire à Augustine, principale antagoniste d’inFamous Second Son. Cette fois ci, vous êtes amenés à explorer chaque recoins de Seattle à la recherche de votre frère disparu, Brent. Bien évidemment, cette quête ne sera pas de tout repos, et il vous faudra affronter pas mal de danger, en vous aidant de votre pouvoir : le néon.

Bien que j’ai été amené à affronter pas mal d’adversaires dans inFamous First Light, je me demande toujours comment un pouvoir à base de néon peut causer des dégâts. Cette interrogation, je me la suis déjà posée dans inFamous Second Son. À ce moment, ce n’était pas vraiment gênant puisque d’autres pouvoirs étaient disponibles. Or, dans inFamous First Light, seul le pouvoir du néon est disponible, ce qui rend cette interrogation plus légitime qu’auparavant. Traitez moi de mauvaise langue, mais tout au long du jeu cette impression de contrôler un personnage totalement incohérent ne m’a pas quitté, ce qui m’a gâché un poil l’expérience de jeu.

Du néon rose de partout !

Du néon rose de partout !

Au delà de ce pouvoir que je trouve incohérent, il y a d’autres petits soucis dans inFamous First Light. Tout d’abord, inFamous First Light est plus limité qu’inFamous Second Son. Concernant le terrain de jeu, vous n’avez accès qu’à la moitié du Seattle proposé dans inFamous Second Son. Sans qu’elle soit trop petite, la taille de la carte me déçoit un peu quand même. Au niveau des pouvoirs disponibles, vous devrez combattre uniquement avec le pouvoir du néon, améliorable tout au long de cette (courte) aventure. Cependant, il y a un élément du jeu qui remonte un peu le niveau : les arènes.

Entrez dans l’arène !

Entre 2 flashbacks dans Seattle, Abigail ‘Fetch’ Walker doit faire une démonstration de ses pouvoirs dans des arènes concoctées par Augustine. Le but est de repousser des vagues d’ennemis, chaque vague étant plus difficile que la précédente. Les ennemis sont des hologrammes gérés par un porteur, dont le pouvoir est la vidéo. Oui, vous avez bien lu. Toujours est-il que ces arènes, plutôt bien fichues, proposent des classements en ligne et quelques défis sympathiques. Cerise sur le gâteau pour les possesseurs d’inFamous Second Son : vous pourrez tenter ces arènes dans la peau de Delsin Rowe !

Les arènes d'inFamous First Light sont franchement sympathiques !

Les arènes d’inFamous First Light sont franchement sympathiques !

De nombreux défis, tous plus ou moins difficiles, sont disponibles et vous donneront du fil à retordre si vous voulez tout accomplir à 100% dans inFamous First Light. Mais même malgré ça, la durée de vie du titre n’est vraiment pas très élevée, ce qui est dommage. Bon en même temps, pour une extension vendue de 15€ à 20€ selon la version, ça reste relativement correct. Je conseille inFamous First Light à 2 types de personnes : celles qui ont adoré inFamous Second Son et qui veulent prolonger leur expérience de jeu ; celles qui n’ont pas joué à inFamous Second Son et qui veulent avoir un solide aperçu de ce qui les attend.

N’hésitez pas à partager l’article s’il vous a plu et rejoignez moi sur Facebook et Twitter !

Testé sur PS4.