Festival International des Jeux 2015

Festival International des Jeux 2015

3 mars 2015 0 Par Twister061

J’ai trop peu d’occasions d’aller dans des salons/conventions sur les jeux. Le seul événement auquel je suis fidèle depuis plusieurs années, c’est le Festival International des Jeux (ou FIJ, pour les intimes). Parmi les raisons de cette fidélité, il y a la plus importante : le Festival International des Jeux se déroule à Cannes, là où je vis. Forcément, ça aide à la fidélité. Sans plus attendre, voici ce que je retiens du Festival International des Jeux 2015. Notez tout de même que vu la richesse du salon, je ne peux pas parler de tout. Je vais par exemple éviter de trop vous parler de l’univers médiéval/fantasy, vu que je n’y connais pas grand chose. Vous êtes prêt ? On y va !

Festival International des Jeux 2015, un salon convivial ?

Les jeux, qu’ils soient vidéoludiques ou plus traditionnels, fédèrent de plus en plus de monde. Quels que soient les univers qui vous attirent, vous avez théoriquement toutes les chances de les retrouver au Festival International des Jeux 2015. Je dis bien théoriquement car cette année, quelques exposants ont disparu. Les 2 disparitions les plus marquantes (du moins pour moi) sont celles de l’univers japonnais et des revendeurs de goodies en tout genre. Vous aimez la culture manga et dépenser votre argent dans des figurines aussi belles qu’inutiles ? Et bien tant pis pour vous. Rassurez-vous, il y a malgré tout beaucoup de choses à voir au Festival International des Jeux 2015.

Le Festival International des Jeux 2015, c'est parti !

Le Festival International des Jeux 2015, c’est parti !

Que vous aimiez les jeux de société, les jeux de construction ou bien le médiéval/fantasy (pour ne citer que ça), vous trouverez votre bonheur. Il faut dire que le Festival International des Jeux 2015 est grand : plusieurs milliers de mètres carrés d’exposition qui, croyez-moi, ne s’explorent pas en 5 minutes ! C’est d’autant plus vrai lorsque vous êtes contraints d’avancer lentement dans des allées surpeuplées et mal agencées. À la base je voulais prendre quelques photos et profiter plus longuement de certains exposants. Sauf qu’au bout d’un moment, j’ai été agacé (pour ne pas dire complètement gavé) de devoir lutter dans la foule à chaque fois que je voulais avancer. Évidemment, toutes les allées du Festival International des Jeux 2015 n’étaient pas aussi peuplées. Seulement voilà : les allées moins peuplées m’intéressaient moins que les autres.

L’autre point qui fait que j’ai perdu peu à peu ma motivation est que ce Festival International des Jeux 2015 était très semblable aux éditions précédentes. Dans les jeux vidéo, partie du salon qui m’intéresse le plus, le Festival International des Jeux 2015 est resté dans le classique : il y a le coin dédié au retrogaming, la Nintendo League, Chez Marcus qui attire énormément de monde, un stand dédié aux jeux indépendants, les compétitions e-sport, les jeux musicaux ainsi que les vendeurs de bonbons et le Laser Quest. Un jour, il faudra m’expliquer pourquoi ces 2 derniers exposants sont dans la partie jeux vidéo du FIJ. Mais le coin jeux vidéo, c’est aussi et surtout pour moi l’occasion de découvrir les projets du Master MAPI MAJE !

Les projets MAJE, du jeu vidéo et de la bonne humeur

Petite piqûre de rappel : je suis diplômé du Master MAPI MAJE, ce qui rend ce Festival International des Jeux 2015 particulier pour moi. Après avoir participé en 2013 et 2014 à la présentation des projets du Master en tant qu’étudiant (voir par ici), j’ai moi-même joué le jeu du public qui découvre ce qu’une bande d’étudiants est capable de créer en quelques mois. J’ai pu voir les 5 projets tourner et j’ai même pu poser quelques questions aux développeurs présents. Avant toute chose, je tiens à les remercier de m’avoir accordé quelques minutes de leur temps et ce, malgré la fatigue et la faim qui en tiraillaient certains.

Le premier projet présenté au Festival International des Jeux 2015 s’appelle Fast Sight. Il s’agit d’un runner-game jouable seul ou à 2. Le principe est le suivant : Sares, une entité en forme de sphère, avance dans un niveau en direction d’Amëh, une sorte de golem, qui doit se protéger de Sares. En mode 1 joueur, vous contrôlez Sares. En mode 2 joueurs, le second joueur contrôle Amëh et doit empêcher du mieux qu’il peut Sares d’avancer. Pour moi, ce projet a 3 particularités intéressantes :

  1. Les niveaux sont générés de manière procédurale (c’est à dire de manière automatique, en respectant certaines règles/contraintes).
  2. Le mode 2 joueurs propose un gameplay asymétrique. En effet, les objectifs de Sares et Amëh sont différents (l’un attaque pendant que l’autre défend), ce qui doit se ressentir lorsqu’on joue.
  3. Dernier point et non des moindres : Fast Sight utilise l’Eye Tracking, une technologie permettant de contrôler, cibler et activer des éléments avec les yeux du joueur.
Fast Sight, y avez-vous joué ?

Fast Sight, y avez-vous joué ?

Pour le moment, le futur de Fast Sight n’est pas encore décidé. Le projet est censé servir de vitrine technologique, il est donc peu probable que Fast Sight soit commercialisé. Si Fast Sight vous intéresse, n’hésitez pas à aller leur faire coucou sur leur page Facebook !

Le second projet que j’ai vu s’appelle Evazion. Décrire Evazion en une phrase est difficile, tant le jeu est unique en son genre. Evazion est une expérience immersive dans laquelle vous contrôlez un papillon en papier grâce au Leap Motion, une technologie permettant de jouer sans manette ou clavier. L’objectif d’Evazion est de montrer au grand public que la création d’un jeu vidéo, c’est une démarche artistique en plus d’être un projet technologique.

Evazion, avec un des développeurs. La drogue, le travail, le bonnet.

Evazion, avec un des développeurs. La drogue, le travail, le bonnet.

 

Après avoir discuté quelques minutes avec l’un des développeurs d’Evazion (que vous voyez en photo ci-dessus), je suis arrivé à la conclusion suivante : la philosophie, c’est un truc de drogué. Mais c’est marrant. Evazion devrait être disponible sur le Leap Motion App Store gratuitement. Pour suivre l’évolution du projet, n’hésitez pas à aller faire un tour sur leur page Facebook !

Le troisième jeu s’appelle Intrinity. C’est un puzzle-game sur tablette jouable seul ou jusqu’à 3 joueurs en coopération. Dans Intrinity, le Maître de Guilde envoie ses apprentis dans une tour piégée afin de tester leurs compétences. Chaque joueur contrôle un apprenti qui est spécialisé dans un élément particulier. Il y a Vulco l’apprenti du feu, Tsuna l’apprenti de l’eau et Heriw l’apprenti de la terre.

Intrinity, c'est du fun et des figurines.

Intrinity, c’est du fun et des figurines.

La particularité d’Intrinity est que, bien que vous soyez sur une tablette tactile, vous ne jouez pas avec vos doigts mais avec des figurines conçues spécialement pour le jeu ! Ces figurines vous permettent de résoudre des énigmes, de lancer des sorts dans la direction vers laquelle les figurines sont tournées et même d’affronter un dragon ! Pour le moment, rien n’est annoncé concernant le futur d’Intrinity. N’hésitez pas à consulter la page Facebook du jeu pour vous tenir informés des annonces qui seront (peut-être) faites !

L’avant dernier projet que j’ai consulté s’appelle M.A.D.E. Il s’agit d’un “serious fun game“, comprenez par là un serious game amusant. Le but est d’encourager le travail en équipe et le team building (la cohésion entre les membres d’une équipe de travail). À bord d’un vaisseau spatial, votre partenaire et vous devrez coopérer afin de mener votre mission à bien : ramener Globürgg sur sa planète.

Dans M.A.D.E, la coopération est cruciale !

Dans M.A.D.E, la coopération est cruciale !

M.A.D.E est divisé en 2 parties : une partie gestion dans laquelle vous devez créer des ressources et réparer les parties endommagées de votre vaisseau (on parle même de traire un lama !) ; une partie de shoot them up dans laquelle les contrôles du vaisseau sont répartis entre les 2 joueurs, l’un contrôlant le vaisseau horizontalement et pouvant tirer en diagonale, l’autre contrôlant le vaisseau verticalement et pouvant tirer vers le haut. Concernant le futur de M.A.D.E, les étudiants comptent se servir du prototype pour créer une entreprise et développer le jeu entièrement. Ils présenteront également M.A.D.E au concours SimDef 2015 portant sur les innovations technologiques liées à la simulation. N’hésitez pas à jeter un œil sur leur page Facebook pour suivre l’avancement du projet.

Le dernier projet testé au Festival International des Jeux 2015 est Invisi’Ball, un jeu de réflexion. Dans Invisi’Ball, vous contrôlez une boule de peinture dans un labyrinthe invisible. Le but d’Invisi’Ball est de terminer les niveaux le plus rapidement et en heurtant le moins de murs possible. Comment faire pour voir les murs ? En utilisant de la peinture et des bonus ! Les objets bonus vous permettent de gagner de la vitesse, de contourner les obstacles, etc.

Invisi'Ball, c'est l'histoire d'une boule de peinture. Et de murs invisibles.

Invisi’Ball, c’est l’histoire d’une boule de peinture. Et de murs invisibles.

Le jeu est très simple à prendre en main : on dirige la boule de peinture avec les flèches (ou les touches ZQSD du clavier) et on utilise les bonus avec le clic gauche de la souris. Au début, le jeu est simple, mais plus on progresse à travers les niveaux plus la difficulté se corse pour arriver jusqu’à un affrontement contre un boss ! Le jeu devrait être disponible gratuitement dans les jours qui viennent, n’hésitez donc pas à rejoindre leur page Facebook pour suivre l’actualité d’Invisi’Ball !

Le Festival International des Jeux 2015, un grand cru ?

L’heure est déjà venue de faire le point sur ce Festival International des Jeux 2015. Grand cru ? Déception ? Pour ma part, je suis assez mitigé. Il y avait énormément de choses à voir au Festival International des Jeux 2015, mais il y avait également trop de monde sur certaines zones ainsi que quelques absents regrettables. Le manque de surprise m’a aussi refroidi, et j’espère que l’édition de l’an prochain saura rattraper ces quelques faux pas. Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à me rejoindre sur Facebook et Twitter !